Au printemps, près de 50% des chauffeurs CarPostal ont signé la pétition contre le travail gratuit. Cette vaste mobilisation collective et la ténacité avec laquelle le sujet a été remis sans cesse sur la table ont finalement conduit à l’ouverture des négociations.

Au printemps, près de 50% des chauffeurs CarPostal et pas moins de 20% des conducteurs salariés par des sous-traitants ont signé la pétition contre le travail gratuit. Nous avons ainsi recueilli plus de 1300 signatures. Cette vaste mobilisation collective et la ténacité avec laquelle le sujet a été remis sans cesse sur la table ont finalement conduit à l’ouverture des négociations. CarPostal a accepté de chercher une solution nationale à cette problématique. Pour rappel, les conducteurs effectuent en plus de leurs trajets d’autres tâches, comme le nettoyage des véhicules ou le décompte de caisse. Ces travaux sont rémunérés selon des forfaits de temps, fixés à un taux trop bas. Pire encore: les forfaits n’ont cessé d’être réduits ces dernières années. Le résultat en est le travail gratuit évoqué.

Il n’y a encore pas d’avancée, mais le climat de négociation est constructif

La première négociation s’est déroulée dans un climat constructif au siège principal de La Poste à Berne. Aux côtés de Sheila Winkler, responsable de négociation et secrétaire centrale, la délégation de syndicom était composée de dix chauffeurs et d’une conductrice qui ont participé aux négociations. Ils proviennent de toutes les régions de Suisse et ont amené leurs expériences du quotidien professionnel dans les négociations. Durant la première séance de négociation, aucune avancée n’a eu lieu. Il ne fallait pas s’y attendre compte tenu de la complexité de la situation. «Nous avons néanmoins pu nous entendre sur quelques principes. La solution doit être équitable. Elle doit mettre sur un pied d’égalité tous les conducteurs, tenir compte de la réalité de l’entreprise et être mise en œuvre simplement». Voilà comment Sheila Winkler, responsable de négociation et secrétaire centrale, décrit la solution envisagée. La prochaine négociation aura lieu fin janvier. Les premiers détails devront alors être tirés au clair.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code