NON À UNE DÉRÉGLEMENTATION SANS CONTREPARTIES POUR LES SALARIÉ·E·S !

  • La loi actuelle permet d’ouvrir les magasins 3 dimanches par an si une convention collective de travail étendue (CCT) existe
  • Les partis de droite veulent modifier la loi pour qu’une CCT ne soit plus nécessaire pour ouvrir les commerces le dimanche
  • Si cette modification est acceptée, les associations patronales n’auront plus aucune obligation de discuter avec les représentants des salarié·e·s afin de pouvoir ouvrir les dimanches
  • C’est la fin de tout espoir d’amélioration des conditions de travail du personnel de vente

NON À LA PRÉCARISATION DU PERSONNEL DE VENTE !

  • Les magasins ouvrent déjà plus de 67 heures par semaine
  • Sans horaires et jours de congés fixes, sans plannings fournis 3 semaines à l’avance, l’organisation de vie du personnel de vente est un casse-tête
  • Tant que ces protections ne sont pas garanties par convention, il est intolérable de faire travailler les employé·e·s de la vente encore 3 dimanches par an, ce qui les éloignerait de leurs proches

NON À LA DESTRUCTION DES PETITS COMMERCES AU PROFIT DES GROS !

  • Les propriétaires de petits commerces peuvent déjà ouvrir le dimanche, à condition qu’ils n’occupent pas de personnel
  • C’est pour eux un avantage certain dans la lutte acharnée pour survivre face aux grosses enseignes
  • En permettant des ouvertures dominicales sans protection des salarié·e·s, le nombre d’enseignes pouvant ouvrir le dimanche va exploser et accélérer la destruction des petits commerces

NON À UNE LOI QUI BAFOUE LA VOLONTÉ POPULAIRE !

  • La loi actuelle est le résultat de la votation de novembre 2016 : la population genevoise a choisi de lier les ouvertures dominicales à un texte de protection des salarié·e·s, son choix doit être respecté

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code