Dans le cadre du projet de démantèlement Victoria, 1000 personnes doivent craindre la perte de leur emploi. PostFinance compte supprimer 500 postes à plein temps d’ici 2020. La mise en œuvre du plan de suppression commence déjà cet été. Une procédure de consultation est menée dans ce cadre.

Erreurs de gestion au comité directeur
PostFinance a échoué à aborder suffisamment tôt la transformation numérique pour devenir une véritable «Digital Powerhouse». Les employés qui perdent leurs emplois en font aujourd’hui les frais. Les perspectives d’avenir de l’entreprise sont jugées incertaines par le comité directeur de PostFinance et l’abandon du domaine de vente fait craindre un nouveau recul de l’entreprise. syndicom condamne avec véhémence le démantèlement et exige que PostFinance assume sa responsabilité sociale lors des négociations sur les mesures d’accompagnement.
Les chances d’automatisation n’ont pas été anticipées
En 2017 déjà, PostFinance a supprimé plus de 40 emplois à plein temps, au motif que la simplification des processus et le recours aux outils technologiques nécessitera moins de personnel. Aujourd’hui, on assiste à de nouveaux licenciements. Cette stratégie relève d’une tactique du salami dérangeante, qui montre que les chances d’automatisation n’ont pas su être anticipées. syndicom exige que PostFinance consente un investissement financier dans la reconversion et la formation continue des personnes concernées.

Manque de transparence totale
Au lieu de communiquer ouvertement, PostFinance se livre à un véritable jeu du chat et de la souris avec les syndicats. PostFinance ne révèle pas quels domaines sont concrètement touchés et contribue à augmenter de la sorte l’inquiétude du personnel. C’est une attitude indigne d’une entreprise publique qui se vante de sa responsabilité sociale. La relation de confiance est ainsi compromise.

Procédure de consultation
Le fait que la procédure de consultation coïncide avec la période où de nombreuses personnes ont planifié des vacances est dérangeante et montre que PostFinance tient en faible estime la procédure de consultation et les employés. syndicom mettra néanmoins tout en œuvre pour participer activement avec les employés concernés à la procédure de consultation. En contrepartie, PostFinance est appelé à prendre au sérieux les revendications des employés. Un alibi comme l’année dernière ne sera pas accepté.

 

Source :
– syndicom.ch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code